Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 20:55

 

 

 

Ils ont enfin sauté le pas : mêler leur voix sur un album, réaliser un disque ensemble, trouver une orientation commune. J'aime l'univers de Voulzy, j'aime l'univers de Souchon, j'aime les musiques du premier, les paroles du second, j'enfonce là des portes ouvertes. Sauf que ce projet collectif me laisse un  fort goût d'inachevé : j'attendais sûrement trop et la recette ne prend que trop rarement sur cet album à tonalité pop.

 

Le premier morceau,Derrière les mots,m'avait déjà inquiété par son côté sirupeux et creux.  Consuelo, Il roule, En Ile-de-France, On était beaux et surtout Bad boys ne m'ont pas touché aussi bien par  les mots choisis et le son qui n'a pas accroché mes oreilles, sans parler de deux autres morceaux dépassant à peine 30 secondes chacun, il faudra m'expliquer le principe, je trouve ça sans intérêt.

 

 

Quatre morceaux (sur 10 ou 12 c'est selon)  sauvent un peu la face de ce disque très inégal avec L'oiseau malin, ode entêtante et sociale rendant hommage à ceux qui n'ont rien, Souffrir de se souvenir subtilement mélancolique, La baie des fourmis, voyage porté par la seule et belle envie de regarder la mer, et enfin ma préférée Idylle anglo-normande, l'histoire d'une relation amoureuse éphémère dépeinte d'une façon tendre et puissante. 

 

Voilà un disque qui passe d'un extrême à un autre et qui manque au final de constance et d'homogénéité, je me suis souvent senti déphasé. Reste à se replonger avec un plaisir certain dans leurs anciennes créations. Et pour paraphraser Souchon  peut-être  " que je suis carrément méchant, jamais content".

Partager cet article

Repost 0
Published by dundee
commenter cet article

commentaires