Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 20:26

J'égrène la liste  des fictions qui m'ont accompagné de mi-décembre à mi-février (des romans, trois mangas, un conte). Je les regroupe en quatre catégories : très appréciées, appréciées, à la rigueur, décevantes.

 

Très appréciées :

Jan (Claudine Desmarteau), Peine maximale (Anne Vantal), La part des flammes (Gaelle Nohant)

 

Appréciées :

La chanson du nez cassé (Arne Svingen),  Charlotte ( David Foenkinos), La mécanique du coeur ( conte de Mathias Malzieu), Si loin de Kaboul ( N. H. Senzai), Orange tome 1 (manga de Ichigo Takano), Death note tome 1 ( manga de Takeshi Obata et de Tsugumi Ohba)

 

A la rigueur :

Le fils de l'ombre et de l'oiseau (Alex Cousseau), Partir (Tina Seskis)

 

Décevantes :

L'instant présent (Guillaume Musso), Momo lover tome 1 (manga de Miko Mitsuki),

 

 

 Citations :

Alfred à Charlotte  : " Puisses-tu ne jamais oublier que je crois en toi." ( Charlotte, roman de David Foenkinos)

 

 "  [ ... ] la plupart de ceux qui ont un peu de jugeote savent [ que l'amour] change au fil du temps. Selon l'énergie qu'on lui consacre, on le garde, on s'y accroche ou on le perd." ( citation de l'écrivain Colum McCann reprise dans L'instant présent, roman de Guillaume Musso)

 

" Chaque fois qu'elle pensait à la duchesse d'Alençon- et elle pensait souvent à elle-, Violaine de Raezal se disait que s'il était un bonheur possible sur cette terre, on ne pouvait y accéder qu'en laissant mourir certaines choses en soi. Toutes ces choses lourdes et encombrantes qui étaient un grenier plein d'objets cassés et poussiéreux que l'on n'osait mettre en rebut, mais qui arrêtaient la lumière." ( La part des flammes, roman de Gaelle Nohant)

 

Un poème de Khalil Gibran  que j'affectionne particulièrement :

 

Et une femme qui portait un enfant dans les bras dit,
Parlez-nous des Enfants.
Et il dit : Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ils sont les fils et les filles de l'appel de la Vie à elle-même,
Ils viennent à travers vous mais non de vous.
Et bien qu'ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.

Vous pouvez leur donner votre amour mais non point vos pensées,
Car ils ont leurs propres pensées.
Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes,
Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter,
pas même dans vos rêves.
Vous pouvez vous efforcer d'être comme eux,
mais ne tentez pas de les faire comme vous.
Car la vie ne va pas en arrière, ni ne s'attarde avec hier.

Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont projetés.
L'Archer voit le but sur le chemin de l'infini, et Il vous tend de Sa puissance
pour que Ses flèches puissent voler vite et loin.
Que votre tension par la main de l'Archer soit pour la joie;
Car de même qu'Il aime la flèche qui vole, Il aime l'arc qui est stable.

(extrait du recueil Le Prophète)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by dundee
commenter cet article

commentaires